• Des histoires pleins la tête

    Des histoires pleins la tête

    Ce sera ici, un peu comme un recueil virtuel d'histoires et de contes que j'aurai écrit selon les inspirations. Il se peut que je n'en mette que 2 ou même 22 000 (j'exagère.). Je ne suis pas romancière, et je ne possède pas vraiment de talent. J'aime écrire, c'est tout. C'est comme certains qui aiment chanté, mais chantent faux. Je suis une écrivaine maudite.

  • Toi

      Tu es là, au milieu du désespoir. Tu te demande pourquoi ces personnes te critique, pourquoi te juge telle, tu ne les connais même pas. Elles commence par t'insulter mais tu n'y prête pas intention. Ensuite, elles te mettent des lettres d'insulte dans ton casier, te pousse a chaque fois qu'elles te croisent, mais tu ne dis rien à personnes de peur que la situation empire. Les insultes et les gestes empire. Cette fois si, des menaces de morts et des coups, mais tu ne dis toujours rien. Puis les coups deviennent violent, de plus en plus violents. Ils te jettent sous la douche à moitié nue et te balance tes affaires dans la tête, alors que tous ceci est filmé.

     Le soir, cette vidéo ce retrouve sur les réseaux sociaux. Les menaces et les coups empire, et la peur et la tristesse aussi. Alors tu tombe en dépression. Ton regard devient vide d'émotion. Ton corps maigri et devient faible. Tu commence à te faire de léger trait sur tes avant-bras a l'aide d'un compas. Mais les traits ne cesse de s'approfondir, ainsi que les harcèlement et la peine. Et la... Tu en vien à envisager la fin. Avec une corde, un revolvers, un couteau, des médicaments... Par immolation, hydrocution, hypothermie... Tu pense a tous ça, sans penser aux autres. Mais aveuglé par tes larmes tu ne voix pas d'autres solutions pour sortir de ce cauchemar. Alors, tu prend une corde, tu l'enroule à une poutre de ta chambre. Tu te mest debout sur une chaise et passe la corde autour de ton cou, tu tremble et les larmes ne cessent de couler. Mais ta décision est prise.

    Tu entend des bruits de pas courant dans le couloir, alors que tu t'aprête à faire tombé la chaise qui te maintient en vie, la femme qui t'a mise au monde entre dans ta chambre en criant ton nom. Mais c'est trop tard.

    Devant ces yeux tu fais basculer la chaise, et par la même occasion, sa vie.


    Ca fait un moment que j'ai pas postée, désolé ><

    Alors voilà, un petit texte tous frais que j'ai écrit hier soir. Je sais que ceci peut arriver à beaucoup de personnes. Alors si sa vous arrive, parlez en et si vous faite partis de ce qui critique méchamment etc.., arrêté car ce que vous faite peut tuer des vie. 


    @Shimio


    5 commentaires
  • Le voleur de coeur.

    " Il y a plus de 5 siècles de ça, Espérance, la fille du duc Salomon, vivait paisiblement dans sa maison de campagne à Filton. Elle menait une vie heureuse avec son père et sa mère mais elle aimait surtout aller dans mes bois retrouver les animaux qui y vivaient. Un soir d'automne, alors qu'elle se promenait dans la forêt, elle trouva le corp inerte d'un jeune homme, allongé sur le sol recouvert de feuilles rouges. Elle s'en approcha donc pour vérifier si il était encore en vie.

    Elle l'examina de plus près, sa beauté lui coupa le soufle. C'était un jeune homme d'à peu près une vingtaine d'année, tout comme elle. Il était brun avec les cheveux en battaille. Il avait les lèvre presque rouge sang et pulpeuse. Il était aussi pâle qu'un mort mais semblait respirer. Elle sentait son souffle sur ses lèvres. Elle remarqua alors qu'elle s'était un peu trop approcher de lui : Ils n'étaient qu'à 1 ou 2 cm de leur visage. Soudain, les yeux du jeune homme s'ouvrirent. Ils étaient d'un bleu profond, Espérance en tomba sous leur charme.

    Le jeune homme sursauta et recula alors sous le coup de la surprise. Confuse, Espérance resta muette et sentit ses joues s'empourprer. Le jeune homme l'observa et se décida alors à parler.

    « Qui êtes-vous? »

    Il avait une voix si laiteuse, à côté de lui, Espérance se sentait rabaissée, inférieur. Elle n'était plus elle même, elle perdait tous ses moyens.

    « Je me nomme Espérance. Je suis la fille du Duc Salomon. »

    Pourquoi avait-elle préciser ce petit détail sans importance?

    « Moi je m'appelle Lewis. Je suis désolé, je m'étais assoupi... C'est que cette forêt est si calme et paisible ! 
    - C'est à moi d'être désolée... J'étais peut-être un peu trop près de vous. Je croyais que vous étiez mort quand je vous ai vu et ... J'ai voulu vérifier votre pou.
    - Ce n'est pas grave, j'en suis encore désolé... je suis gêné que vous ayez cru que j'étais mort. La prochaine fois je prendrais plus de précaution.
    - C-Ce n'est rien ! Mais que faites vous ici?
    - Je me promenais... En réalité je suis perdu. Je cherche une certaine Miranda... Nous sommes fiancés et, hélas, je ne me rappelle plus de son adresse. Pourriez-vous m'aider ?»

     Sous la révélation de cette nouvelle, Espérance reçu comme un coup de couteau dans son coeur. Elle se sentit blessée et humiliée. D'un autre côté, comment pouvait-elle ressentir ce genre de chose rien qu'à la vu de ce garçon ? Serais-ce un coup de foudre ? Mais ce qui l'a troublait le plus était que Lewis puis-ce être fiancé avec Miranda, sa pire ennemie. Elle n'eut qu'une seconde de réflexion avant de se décider.

    « Bien sûr. Je vous aiderais comme il le faudra. »

    Sous ces paroles se cachaient le pire des mensonges. Malheureusement pour lui, il avait l'air de lui faire confiance. 

    « Merci ! J'étais sûr que vous alliez dire oui, vous avez l'air de posséder une bonté incroyable ! »

    Espérance fut à la fois touchée et attristée. Elle allait le corompre et lui la complimentait. Décidément il était parfait ! Hormis le fait qu'il soit fiancé avec Miranda, mais personne n'est parfait. 

    « Suivez-moi, fit-elle, je vais vous conduire jusque chez elle. Là-bas je vous laisserai et je repartirai chez moi. - Il commence à faire nuit, ne voulez-vous pas plutôt qu'on reporte tout ça à demain? 
    - J-Je.. Alors venez chez moi, mes parents se feront une joie de vous donner un foyer pour la nuit. 
    - Avec plaisir! Mais êtes-vous sûr qu'ils sauront accepter?
    - Mais bien sûr ! Ne vous enfaite pas. »

    Elle choisit de prendre le chemin le plus long mais le plus sûr. Ils marchèrent un bon quart d'heure et arrivèrent enfin à la propriété d'Espérance. Elle l'invita à entrer et soupèrent. Les servants donnèrent une chambre à coucher, juste en face de celle d'Espérance. Ils allèrent ensuite dans leur appartement et elle s'y enferma afin d'élaborer un stratagème digne de ce nom.

    Après quelques minutes de réflexions et surtout poussé par la jalousie, Espérance décida d'éliminer, le matin même, sa rivale. Mais malheureusement elle ne se rendit pas compte qu'un bruit de verre cassé venait de retentir dans la chambre de Lewis. Elle alla dans son lit et s'endormit, révant de la vie qu'elle pourrait avoir avec ce dernier.

    Le lendemain matin, Espérance se dépécha de se préparer et fila jusque chez Miranda. Là-bas, elle escalada le mur de sa propriété et sauta au dessus. Elle retomba douloureusement sur ces jambes mais en 1 seul morceau. Elle vit une lueur dans la chambre de Miranda mais n'y prêta pas attention. Miranda vivait seule, ses parents ne vivaient pas avec elle. Elle n'avait qu'une servante qui n'était là que de 9h00 jusqu'à 20h00. Ce qui lui laissait toute la liberté de mettre à exécution son plan. Elle se dirigea vers la porte et constata avec surprise que celle-ci était ouverte. Elle l'ouvrit avec précotion, sa main enveloppée dans un gant en cuir, et entra. Elle déboula dans un vaste corridor où tout y était d'or et d'argent. les murs étaient recouvert de tableaux et les étagèrent de bibelots venus du monde entier. Elle monta les escaliers et arriva dans un couloir. Là, elle ouvrit la porte de la chambre de Miranda, munis d'un couteau qu'elle avait pris avec elle et entra d'un pas de loup. Elle s'approcha de la silhouette de Miranda qui était devant sa coiffeuse et brandit son couteau. Mais avant tout, elle voulait voir la terreur sur le visage de celle-ci, alors elle toucha doucement son épaule. Rien ne se passa. Elle mit alors ses main autour de son coup et découvrit avec horreur que celle-ci était gelée. Il n'y avait aucune pulsation. C'était étrange, beaucoup trop même.

    Elle tourna alors le siège de Miranda et faillit pousser un cri d'Horreur en voyant le spectacle macabre qui s'y trouvait : Miranda était assise, la bouche grande ouverte, l'effroi se lisait dans son regard. Sa poitrine avait été ouverte et son coeur n'y était plus... Espérance manqua de trébucher mais se rattrapa de justesse à quelque chose. Elle sentit soudain une main sur sa bouche qui l'empêcha de crier ou de parler. Elle entendit alors une voix familière murmurer : Elle m'a offert son coeur, à toi maintenant de me l'offrir...

    Puis un nom apparut dans son esprit : Lewis. "


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique